Rappelons qu’en l’article Sorcellerie et Magie selon le Coran et en Islam, nous avons démontré que le verset référent S2.V102 invalidait et discréditait totalement la croyance à la magie, simples superstitions, et qu’il définissait les pratiques des prétendus sorciers et magiciens comme n’étant que des illusions, du charlatanisme. À l’inverse, l’Exégèse a interprété ce verset comme indiquant que le Coran reconnaissait à contrario l’existence de la sorcellerie et de la magie et c’est en cette perspective qu’elle a aussi interprété S113 et S114. Signalons accessoirement que l’interprétation défendue ici par l’Exégèse ne fut semble-t-il pas sans résistances rationnelles puisque l’on fit dire à Abdullâh Ibn Mas‘ûd qu’il ne considérait pas que ces deux sourates talismaniques aient pu appartenir au corpus coranique. Cette prise de position radicale témoigne indirectement de la violence des débats autour de la question, c’est-à-dire entre rationalistes et irrationalité de la tradition.

 

CONTACT :

 

TEL/ WHATSAPP: +229 61462873

 

GMAIL:papasetondji@gmail.com

 

Site web: www.grand-maitre-marabout-setondji.com